-  Vendredi 16 Avril 2021

Se ressourcer dans un monastère bouddhique au Népal

 -  AFP

KATMANDOU, Les hippies arrivés les premiers en masse au Népal à la recherche de drogues et d'émotions ont au fil des ans cédé la place à des milliers d'étrangers venus se ressourcer en étudiant le bouddhisme dans des monastères.

L'insurrection lancée en 1996 par les rebelles maoïstes et les soubresauts parfois violents de la vie politique n'ont pas détourné les étrangers du pays. Aujourd'hui il y a plus de centres d'enseignement du bouddhisme que jamais au Népal, où ont trouvé refuge nombre de maîtres et enseignants du bouddhisme ayant fui le Tibet lors de l'invasion par la Chine en 1950.

Perché sur une colline avec vue spectaculaire sur Katmandou, le monastère de Kopan a été le premier à offrir aux étrangers des rencontres avec les lamas tibétains, au pied de l'Everest, en 1969.

Au début les touristes en quête d'un tel enseignement étaient ceux qui suivaient la «route des hippies» de l'Europe à l'Asie, par Istanbul, Téhéran, Kaboul.

Depuis, des milliers d'étrangers sont passés par là. Certains sont restés une semaine, d'autres sont devenus moines et nonnes. Mais le type d'élèves a changé.

«Certains étudiants sont des gamins ayant juste quitté l'université, d'autres viennent du monde des affaires. Il n'y a plus de type particulier», raconte Namgyal, anciennement Ray Ellis, un Australien de 54 ans devenu moine en 1986 et qui depuis enseigne régulièrement au monastère.

Laura Guera, psychologue mexicaine de 28 ans, est venue ici pour une session d'une semaine. Elle raconte avoir choisi Kopan pour être sûre de recevoir un enseignement authentique.

«Dans notre pays, il doit y avoir des centres similaires mais on ne sait pas si les gens sont qualifiés. Ici vous avez la sécurité (d'un enseignement) de première main», explique-t-elle.

Heureuse de ces cours, elle explique qu'elle n'a pas choisi là des vacances particulièrement relaxantes. «Si j'avais voulu relaxer, je serais allée aux Bahamas. Mais je souhaitais m'arrêter et avoir un moment dans ma vie pour regarder ce que j'ai fait», poursuit-elle.

Selon Namgyal, les visiteurs viennent chercher à Kopan ce qu'ils ne peuvent trouver dans les pays développés. «Ils ont essayé plein de choses, les drogues, l'argent, un bon boulot ou autre chose mais ils ont des angoisses et des problèmes. Il ne semble pas qu'il y ait de réponses à cela dans la culture occidentale», estime-t-il.

Aujourd'hui, cinq monastères et institutions proposent des leçons de bouddhisme tibétain dans les alentours de Katmandou, de la semaine de cours à la préparation au diplôme.

L'Académie bouddhiste internationale (IBA), créée spécialement en 2001 pour les étrangers, propose des cours de tibétain et de bouddhisme de trois mois.

«La majorité des étudiants étrangers qui viennent recevoir un entraînement dispensé par des Tibétains sont plutôt mentalement matures», constate Khenpo Jamyang Tenzin, enseignant dans cette académie.

Le rythme y est intensif, avec des cours et séances de méditation de 6 h 30 à 18 h, six jours par semaine.

Ici, ni l'insurrection maoïste ni les manifestations contre le roi qui en avril ont été réprimées dans le sang ne semblent avoir atteint les étudiants.

«De l'extérieur on croirait qu'il y a d'énormes problèmes mais une fois que vous êtes ici, vous ne ressentez pas de grandes difficultés», explique Kirsty Chakravaty, Écossaise d'une quarantaine d'années.

Les conseils des ambassades appelant les touristes à ne pas venir au Népal ont réduit le nombre d'étudiants mais pas empêché les centres d'enseignement du bouddhisme de fonctionner.

Pour Laura Guera, les risques valaient le coup. «Je viens de Mexico, qui est une ville très violente. Il faut faire attention et écouter les locaux», dit-elle. «C'est un défi et cela demande beaucoup d'efforts mais cela change votre manière de voir votre vie.»

Source: AFP - cyberpresse

 

© FRANCE NEPAL info

Lire d’autres articles de AFP



2011-02-23
Bonjour


Jaimerai savoir si il est possible de réserver pour deux personnes du 16 au 22 mai 2011
(1 semaine) dans le monastère de Kopan

Merci de me tenir au courant
bejarano kristine
2011-09-25
Aujourdhui, cinq monastères et institutions proposent des leçons de bouddhisme tibétain dans les alentours de Katmandou, de la semaine de cours à la préparation au diplôme.

Bonjour,

Merci beaucoup pour cet article fort interessant. Pourriez-vous me donner le nom des 5 monasteres? Je suis tres interesse a effectuer une semaine de cours au Nepal.

Corialement

Cyprien Caillier
caillier cyprien
2012-09-25
Bonjour, je souhaiterai également connaître le nom et lieux des 5 monastères, car apparemment en cherchant sur internet on ne parle que de Kopan et de Shechen. Il me semble même que Shechen n'est pas ouvert au public, concernant des enseignements.
Merci de votre aide
Vacher Véronique
2013-04-14
Je me rends régulièrement à l'automne au Népal pour marcher avec mon amie Palée et rencontrer sa famille, cette année je souhaite passer quelques jours dans un monastère hors ville et village, pouvez vous m'indiquer comment en trouver,
Merci pour cet article, je ne manque jamais d,aller à pied à Kapan depuis Baudanath,
Dans lattent avec mes remerciements,
Nanou
Colonna Nanou
2014-06-21
Namasté

J'ai lu sur dans un article qu'il était possible de faire des retraites de 3 ans et 3 mois au Népal.

je voudrais que sil vous plait que vous m'indiquiez les temples du Népal qui pratiques ce genre de retraites en me donnant les contacts si possibles

Merci d'avance
Floriant

Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

Nom-Prénom (*)
e-Mail
Commentaire (*)
Sec Image
Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
francenepal.info Web Google

ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com