-  Jeudi 27 Juin 2019
     

    Les fabricants d'ordinateurs misent sur l'Inde

    14/10/2007 - Bruce Einhorn et Nandini Lakshman (BusinessWeek) - © BusinessWeek

    Face au ralentissement de la croissance en Chine, les fabricants d'ordinateurs espèrent se rattraper sur l'autre gros marché asiatique : l'Inde.


    En Asie et depuis des années, les fabricants mondiaux d'ordinateurs se sont en grande partie concentrés sur la Chine. Mais dernièrement, la croissance chinoise a commencé à ralentir et les leaders de l'industrie doivent prendre en compte le potentiel d'un autre géant régional : l'Inde. Cette année, Hewlett-Packard, Dell, Lenovo et Acer ont tous annoncé des initiatives majeures, faisant de l'Inde un champ de bataille clef, d'autant que la demande ne provient pas seulement des multinationales et des grosses sociétés indiennes, mais aussi des particuliers et des petites entreprises. "Ces trois segments du marché se développeront de 25 % à 30 %", déclare Rajan Anandan, directeur général de Dell pour l'Inde. "C'est une saine perspective."

    Pourquoi ce changement ? D'une part, l'économie indienne est en plein boom avec une croissance annuelle de plus de 9 % et, d'autre part, le gouvernement a allégé la tarification élevée sur les machines et pièces importées dont les prix restaient élevés.
    Selon Microsoft, au cours de ces trois dernières années, le coût moyen d'un ordinateur équipé de Windows est passé de 500 dollars (356 euros) à 350 dollars (249 euros), aidant ainsi le marché indien à atteindre environ 22 millions de machines. Les ventes d'ordinateurs en Inde devraient encore grimper annuellement de plus de 20 % jusqu'en 2011, d'après la société d'étude de marché Gartner, contre une croissance annuelle de 14 % pour la Chine. La Chine a cependant quelque 110 millions d'ordinateurs installés, contre 22 millions en Inde. Cette base plus large suppose donc que les consommateurs chinois devraient acheter cette année 33,6 millions de machines, et les Indiens 8,8 millions.

    Conçu pour le consommateur local

    Autre avantage pour les constructeurs étrangers, l'Inde se révèle un acheteur plus facile que la Chine. La République populaire a longtemps été dominée par Lenovo, mais en Inde, HP a dépassé le favori local HCL Infosystems. Après de grosses campagnes de promotion dans les villes moyennes, la société américaine contrôle actuellement 15 % du marché, soit presque le double du numéro 2, HCL. En mars, HP a ouvert sa deuxième usine indienne près de Delhi et a cet été lancé une nouvelle ligne de serveurs conçus pour ses clients indiens, plus spécialement destinée aux petites entreprises des villes secondaires. "Nous avons une forte dynamique positive", déclare Adrian Koch, vice-président senior d'HP pour l'Asie Pacifique.

    Quant aux concurrents de HP, ils font de leur mieux pour stimuler leur propre dynamique. En août, Dell a ouvert sa première usine en Inde, dans la ville méridionale de Chennai. La société prévoit un chiffre d'affaires de 500 millions de dollars (356 millions d'euros) cette année. En outre, elle devrait proposer cet automne une nouvelle machine correspondant aux besoins des clients locaux, avec une grosse promotion en matière d'ordinateurs portables. "Sur le marché de la grande consommation, toute la croissance vient des ordinateurs portables", explique Anandan. Il note cependant que Dell abandonnera son modèle traditionnel de vente directe étant donné que les Indiens sont peu habitués à commander des ordinateurs par téléphone portable ou via Internet.

    Pour Lenovo, l'Inde est l'un des meilleurs marchés à l'étranger : il avait hérité d'une usine dans la ville méridionale de Pondichéry après l'acquisition en 2005 de la division PC d'IBM, et vient d'annoncer qu'il dépenserait 11 millions de dollars (7,8 millions d'euros) dans une deuxième usine indienne, dans la ville septentrionale de Baddi, qui aura une capacité annuelle de 2 millions d'ordinateurs, soit le double de l'usine de Pondichéry. De plus, en août, la société s'est associée à Walt Disney pour lancer un PC pour enfants.

    L'entreprise locale est la plus grosse perdante

    Cependant, Lenovo doit faire face au départ du directeur pour l'Asie du Sud, Neeraj Sharma, qui a quitté la société le mois dernier pour prendre un poste chez IBM. Pendant ce temps, Acer, de Taiwan, qui vient d'acquérir Gateway pour développer les ventes aux États-Unis, est aussi en train d'étendre son influence sur le marché indien grand public en formant des partenariats avec des chaînes de distribution locales d'électronique.

    Le plus gros perdant semble donc être HCL. L'entreprise a commencé à lancer des ordinateurs portables il y a tout juste deux ans, et depuis plus d'une décennie, HCL a toujours négligé la mise en place d'une notoriété de marque. Résultat aujourd'hui, Chips & Bytes, un distributeur de Bombay, vend seulement une douzaine de machines HCL par mois, contre 100 pour HP. Mais aujourd'hui, HCL se mobilise pour reprendre l'avantage. La société a en effet lancé en mai une campagne publicitaire présentant la manière dont la technologie HCL s'accorde avec la vie des Indiens. De plus HCL s'associe à Intel pour produire un portable bon marché appelé Classmate PC.

    Enfin, parmi les plus gros bénéficiaires de ce boom, il y a, bien sûr, Microsoft. En Inde, le géant du logiciel fait ce qu'il peut pour conserver sa croissance des ventes. Il y a pourtant un léger obstacle selon le président de Microsoft India, Ravi Venkatesan. Celui-ci se demande en effet, même si la moitié des ménages indiens les plus riches possède un ordinateur, "pourquoi, en Chine tous les parents croient que si leurs enfants grandissent sans ordinateur, ils ne réussiront pas, mais pas en Inde ?". Et de répondre : "C'est le manque de contenu." Microsoft a donc développé des logiciels éducatifs avec des partenaires locaux qui, dès cet automne, commenceront à vendre des PC équipés de ces programmes. "Notre défi numéro un, déclare Ravi Venkatesan, est de rendre le PC plus attractif et pertinent."

    Einhorn est un correspondant pour BusinessWeek au bureau de Hong Kong. Lakshman couvre les affaires indiennes pour BusinessWeek.

    Source: www.businessweek.com - www.lepoint.fr


    2009-04-05
    Dear,

    I am contacting you with the aim of purchasing from your company, let me know if you do accept distance payment with credit cards and shipping to Cote dIvoire in (west africa) with dhl, fedex, ups and ems.

    Awaiting for your response.

    Mr Peter Kings
    Peter Kings

    Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

    Nom-Prénom (*)
    e-Mail
    Commentaire (*)
    Sec Image
    Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
    francenepal.info Web Google

    ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
    Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com