-  Dimanche 24 Janvier 2021
     

    45 blessés dans un attentat lors d'un meeting électoral

     -  AFP

    Katmandou, 30 janvier 2008 -  Au moins 45 personnes ont été blessées mercredi dans un attentat à la bombe perpétré lors d'un rassemblement électoral dans le sud du Népal avant un scrutin crucial, en avril, qui doit déboucher sur la transformation de la monarchie en République.«Le bilan se monte à 45 blessés, dont deux dans un état critique qui ont été évacués par hélicoptère vers Katmandou», a déclaré à l'AFP le commissaire de police, Yogeshwor Rom Khami.

    «La bombe a explosé» à la fin d'un meeting électoral à Birgunj, à 80 kilomètres au sud de la capitale. Cette région avait été secouée mardi soir par de petites explosions attribuées à des groupes armés d'une minorité ethnique, les Mahadhesis, qui revendiquent davantage d'autonomie politique au Népal.

    «C'est peut-être le fait d'un groupe armé extrémiste Mahadhesi, mais nous n'avons reçu aucune revendication», a ajouté l'officier.

    Depuis un an, de petites attaques à la bombe surviennent mystérieusement dans le sud du royaume, dans la plaine du Teraï frontalière avec l'Inde. Les anciens rebelles maoïstes, qui participent au gouvernement, accusent des partisans royalistes de manipuler les Mahadhesis pour orchestrer ces attentats.

    «Nous condamnons l'incident, mais cela ne nous empêchera pas d'organiser des élections», a assuré le dirigeant maoïste et porte-parole gouvernemental, Krishna Banadur Mahara. Le premier ministre Girija Prasad Koirala a, lui, promis de «satisfaire les désirs (d'autonomie) du peuple du Teraï», qui représente la moitié des 27 millions de Népalais.

    Mercredi, le rassemblement était organisé par les sept partis politiques népalais et leurs alliés de l'ancienne rébellion maoïste. Tous se préparent à l'élection d'une assemblée constituante le 10 avril qui devrait décider d'abolir la monarchie et de proclamer la République.

    Les maoïstes ont réintégré le gouvernement fin décembre après que le Parlement intérimaire eut approuvé la transformation de la monarchie en une République fédérale. Cette proclamation n'aura lieu qu'après la première réunion de l'assemblée élue chargée de rédiger une nouvelle Constitution.

    Ce scrutin avait été reporté deux fois en 2007 à cause de dissensions entre les partis et les ex-insurgés, qui ont scellé en novembre 2006 un accord de paix historique mettant fin à dix ans de guerre civile (13 000 morts).

    Les maoïstes, qui siègent au Parlement, avaient déjà été membres du gouvernement entre avril et septembre 2007 avant de le quitter avec fracas, jugeant être mal représentés dans le cadre du processus de paix.

    Le roi Gyanendra, qui occupe le trône de l'unique monarchie hindouiste au monde, restera en place jusqu'au 10 avril.

    Mais il n'a quasiment plus aucun pouvoir et vit reclus dans son palais. Il avait été contraint de mettre un terme à 14 mois d'absolutisme, sous la pression des partis népalais alliés aux maoïstes lors des grandes manifestations démocratiques d'avril 2006.

    «Je souhaite que l'instabilité cesse via un processus démocratique», avait-il déclaré dans un journal royaliste, des commentaires rarissimes diffusés avant l'attentat de mercredi.

    «La violence et l'intimidation n'ont pas leur place dans une transition démocratique», a répondu Ian Martin, représentant au Népal des Nations unies qui surveillent le processus de paix.

    Source :  AFP
    © Agence France-Presse
    © FRANCE NEPAL info

    Lire d’autres articles de AFP




    Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

    Nom-Prénom (*)
    e-Mail
    Commentaire (*)
    Sec Image
    Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
    francenepal.info Web Google

    ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
    Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com