-  Mardi 12 November 2019

Les Tibétains du Népal suspendent leurs manifestations après des menaces

 -  AFP

KATMANDOU, 3 avril 2008 -- Les exilés tibétains au Népal ont annoncé jeudi la suspension de leurs manifestations quotidiennes après que le gouvernement népalais eut menacé de les réprimer plus sévèrement la semaine prochaine lorsque se tiendra l'élection d'une assemblée constituante.

Simultanément dans la matinée, l'ambassadeur de Chine au Népal avait demandé à Katmandou de faire cesser ce mouvement de protestation contre la répression chinoise au Tibet.

"Nous avons cessé nos protestations anti-chinoises à Katmandou dans la perspective des prochaines élections au Népal", a déclaré à l'AFP Thupden Tenzing Jamphel, président d'un groupe d'activistes indépendantistes.

"Nous reprendrons nos manifestations le 11 avril", a-t-il précisé.

Le Népal doit élire le 10 avril une assemblée constituante lors d'un scrutin historique qui devrait déboucher sur l'abolition de la monarchie et la proclamation de la République, 17 mois après un accord de paix avec les rebelles maoïstes qui a mis fin à dix ans de guerre civile.

Compte tenu de l'enjeu de ces élections, "le ministère de l'Intérieur nous a avertis que nous serions maintenus en détention plusieurs jours si nous étions arrêtés", a expliqué M Jamphel.

Katmandou est tous les jours le théâtre de manifestations d'exilés tibétains devant des bâtiments des Nations unies et de l'ambassade de Chine. A chaque fois, la police népalaise interpelle des dizaines de personnes, parmi lesquelles des bonzes et des nonnes bouddhistes, qu'elle relâche le soir même et qui reviennent manifester le lendemain.

Ces manifestants exigent "la liberté pour le Tibet", réclament "la fin de la répression chinoise" et demandent une enquête de l'ONU sur les émeutes qui ont éclaté en mars à Lhassa.

Mais l'ambassadeur de Chine au Népal, Zheng Xianglin, a estimé jeudi, comme le juge Pékin, que ce mouvement tibétain a été "fomenté" par la "clique du dalaï-lama" et des "organisations indépendantistes".

Le diplomate a demandé au Népal qu'il "protège la dignité de la Loi et prenne des mesures plus sévères pour empêcher des organisations politiques de mener des activités illégales".

Le Népal, qui reconnaît la souveraineté de la Chine sur le Tibet, abrite une communauté d'environ 20.000 Tibétains. Et le petit royaume hindouiste coincé entre la Chine et l'Inde a promis d'empêcher toute activité jugée anti-chinoise, de peur de froisser son puissant voisin.

Sourve AFP © - www.afp.fr
© FRANCE NEPAL info

Lire d’autres articles de AFP




Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

Nom-Prénom (*)
e-Mail
Commentaire (*)
Sec Image
Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
francenepal.info Web Google

ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com