-  Lundi 22 Juillet 2019

Dernier round du bras de fer entre le roi et les maoïstes

 -  AFP

KATMANDOU, 21 avril 2008 — Le dernier round du bras de fer entre le roi du Népal Gyanendra et les maoïstes a commencé lundi, le monarque refusant de s'exiler malgré le triomphe aux élections du 10 avril des anciens rebelles qui exigent l'abdication du souverain.

Le palais royal à Katmandou a réfuté "les informations malveillantes rapportées ces derniers jours dans les médias nationaux et internationaux" à propos d'"un départ du roi vers l'Inde".

Gyanendra "n'ira nulle part. Il ne quittera pas le pays", a sèchement ajouté une source du palais.

Jamais pourtant le Népal n'était aussi près d'enterrer sa monarchie vieille de 239 ans et de se transformer en République: les ex-guérilleros d'extrême gauche, qui se sont battus dix ans dans la jungle pour renverser le trône, sont en passe de former le premier parti à l'assemblée constituante élue il y a dix jours.

Selon des résultats partiels et des projections, les maoïstes devraient obtenir 40% des sièges.

Cette chambre de 601 députés rédigera une Loi fondamentale et devrait abolir la monarchie, en principe dès sa première réunion, conformément à un accord scellé en décembre entre les maoïstes et les partis politiques népalais.

Tous ont conclu la paix le 21 novembre 2006, après une décennie de guerre civile qui a fait 13.000 morts, et gouvernent ensemble depuis avril 2007.

Mais forts de leur succès dans les urnes, les "maos" ont déclaré lundi, par la voix de leur porte-parole Krishna Bahadur Mahara, que "peu importe que (Gyanendra) vive en Inde ou au Népal" parce que "nous allons proclamer la République et il devra l'accepter".

Les anciens insurgés multiplient les appels au départ du souverain.

Leur chef, Prachanda le "redoutable", qui se rêve en président de la République, a déjà affirmé vendredi que "le roi avait l'occasion historique de faire la preuve de son attachement au pays et au respect du verdict du peuple en prenant lui-même la décision de quitter le palais".

"Le peuple lui pardonnera ce qu'il a fait dans le passé", a-t-il ajouté, tout en prévenant qu'au cours de l'Histoire "des monarques avaient été décapités ou avaient dû fuir".

A 60 ans, Gyanendra, descendant richissime de la dynastie des Shah, est honni par la majorité des Népalais et n'a plus aucun pouvoir après avoir perdu en deux ans toutes ses prérogatives, jusqu'à celles de chef d'Etat et de chef des armées.

Il vit reclus dans son palais, qui a été nationalisé comme la plupart de ses biens immobiliers. L'hymne national ne fait plus référence au roi dont l'effigie a disparu des pièces de monnaie et des bâtiments officiels.

Acculé par le soulèvement démocratique d'avril 2006, le souverain, réputé habile tacticien, avait déjà renoncé aux pouvoirs absolus qu'il s'était arrogés en février 2005 pour, affirmait-il alors, briser l'insurrection des maoïstes.

Mais ces derniers accusent encore des royalistes, notamment des généraux, de "comploter pour préparer un coup d'Etat".

De fait, l'armée a toujours été très proche du trône.

Le chef d'état-major, le général Rookmangud Katawal, adopté dans son enfance par la famille royale, a multiplié ces derniers mois les déclarations antimaoïstes.

Gyanendra peut aussi compter sur des fondamentalistes hindous actifs à la frontière entre le Népal et l'Inde.

Redoutant un mauvais coup du monarque "contre la volonté du peuple", Prachanda l'avait menacé ce mois-ci d'un "procès sévère".

Mais Gyanendra reste pour bon nombre de Népalais l'incarnation du dieu hindou Vishnou, même s'il est monté sur le trône à la faveur du massacre mystérieux de son frère, le précédent roi Birendra, et de sa famille le 1er juin 2001 par le prince Dipendra, lequel s'était immédiatement suicidé.


© Agence France-Presse 2005. Tous droits réservés - www.afp.fr
© FRANCE NEPAL info

Lire d’autres articles de AFP



2008-04-22
Décapitation, procès sévère.... ils nauront pas mis longtemps à donner le ton ces chers fils de pol pot & quelle mascarade ces elections mais comment peut-on être surpris de ce résultat comme beaucoup de médias qui ne connaissent à lévidence ce pays quau travers ce que le fourni google ?????

Les maos tiennent tout le pays depuis des années à l'exception de KTM & de sa vallée (& encore) Les intimidations & menaces de représailles ont du aller bon train dans la mesure où le résultat des urnes ne leur serait pas favorable. larmée et la police ne saventure plus dans certaines régions depuis des années déjà, il faut arrêter la connerie & sinquieter très fort du sort de ce peuple
martin christophe

Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

Nom-Prénom (*)
e-Mail
Commentaire (*)
Sec Image
Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
francenepal.info Web Google

ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com