-  Mardi 10 Décembre 2019

Tibet: pour Pékin, la poursuite du dialogue liée à "la sincérité" du dalaï lama

 -  AFP

PEKIN, 6 mai 2008 - La Chine a estimé mardi que la poursuite du dialogue avec les émissaires du dalaï lama dépendrait de "la sincérité" du chef des Tibétains en exil.

"Je veux souligner que les contacts en cours ne sont qu'un début", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Qin Gang.

"Les contacts du gouvernement central avec le dalaï lama sont sincères. Tant que du côté du dalaï lama on fera preuve de sincérité, en particulier dans les actions, alors les contacts se poursuivront", a-t-il ajouté.

La rencontre de dimanche, qui s'est déroulée à huis clos dans le sud de la Chine, était la première --connue et rendue publique-- entre les deux parties en près d'un an. Elle a eu lieu après des semaines de pressions internationales sur Pékin à la suite des troubles au Tibet.

Mardi, de passage à Hong Kong, l'un des deux émissaires du chef spirituel des Tibétains en exil, Lodi Gyari, a estimé que la rencontre était un "bon premier pas".

"Nous avons eu des discussions très franches", a-t-il dit à l'aéroport de Hong Kong peu avant de s'envoler vers l'Inde, où il doit rendre compte des entretiens au dalaï lama.

Pékin avait proposé fin avril de renouer le dialogue avec des représentants du dalaï lama, après des manifestations dans le monde contre la "répression" chinoise au Tibet qui ont perturbé le parcours de la flamme olympique et terni l'image du régime à quelques semaines des jeux Olympiques.

Le mouvement antichinois avait débuté le 10 mars à Lhassa, jour anniversaire d'une révolte contre Pékin en 1959, avant de dégénérer le 14 mars, puis de s'étendre à d'autres régions où vivent des minorités tibétaines. Au moins 203 personnes y ont trouvé la mort, selon les exilés tibétains, alors que Pékin accuse des "émeutiers" tibétains d'avoir tué 18 civils et deux policiers.

La Chine a également accusé le dalaï lama d'avoir organisé ces troubles pour saboter les jeux Olympiques, ce qu'a nié le Prix Nobel de la Paix.

Plusieurs pays étrangers, dont les Etats-Unis et la France, avaient appelé Pékin à reprendre les discussions avec le dalaï lama.

Lundi, la Maison Blanche a estimé que ces discussions devaient inclure les revendications des Tibétains au sujet de la liberté religieuse et du respect de leurs valeurs culturelles.

"Les Tibétains estiment qu'ils ne peuvent pas pratiquer librement leur religion, qu'ils ne peuvent pas librement perpétuer certaines de leurs traditions et valeurs, c'est pourquoi nous pensons que des discussions permettant d'aborder ces sujets vont dans le bon sens", a souligné un porte-parole de la Maison Blanche, Scott Stanzel.

"Le dalaï lama lui-même a dit qu'il ne réclamait aucun changement de statut politique pour le Tibet", a-t-il ajouté.

La Chine a accusé par le passé le chef spirituel des Tibétains de vouloir l'indépendance du Tibet.


Copyright © 2008 Agence France-Presse.  Tous droits réservés.
www.afp.fr

© FRANCE NEPAL info

Lire d’autres articles de AFP




Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

Nom-Prénom (*)
e-Mail
Commentaire (*)
Sec Image
Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
francenepal.info Web Google

ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com