-  Mercredi 24 Juillet 2019

Sécurité renforcée à Katmandou avant l'abolition prévue de la monarchie

 -  AFP

KATMANDOU, 27 mai 08 — La sécurité a été renforcée mardi à Katmandou, au lendemain de trois attentats à la bombe et à la veille de la première session de l'assemblée constituante élue en avril qui doit abolir au Népal la seule monarchie hindou au monde.

Deux explosions se sont produites lundi soir en face du complexe dans lequel doit se réunir mercredi l'assemblée, sans faire de blessés, a indiqué la police.

Un groupe nationaliste hindou, et probablement royaliste, jusqu'à présent inconnu, le G.F.P. Ramdir Sena, a revendiqué ces deux explosions dans un tract retrouvé sur les lieux. "Les gens qui ont fait ça cherchent à semer la panique", a déclaré à l'AFP Durga Kumar, un responsable de la police.

Une troisième bombe a explosé dans le nord de Katmandou, en face du domicile d'une personnalité favorable à la république, sans faire de victime, a annoncé la police.

Les tensions se sont accrues à Katmandou à l'approche de la première session de l'assemblée constituante qui devrait rédiger une nouvelle Constitution abolissant la monarchie au profit d'une république fédérale.

Quelque 5.000 policiers doivent être déployés autour du palais royal et du bâtiment où se réunira l'assemblée.

"Il se peut que certains éléments cherchent à causer des troubles. Nous voulons nous préparer à toute éventualité", a indiqué le chef de la police de Katmandou, Sarbendra Khanal.

La police a du reste interdit toute manifestation et rassemblement de masse en plusieurs endroits sensibles.

Les maoïstes, vainqueurs contre toute attente des élections du 10 avril et chargés en conséquence de former le gouvernement, ont dépêché dans la capitale népalaise des dizaines de milliers de membres de leur redouté mouvement de jeunesse et les autorités ont interdit les manifestations et rassemblements de masse en plusieurs endroits sensibles.

"Nous allons faire venir 50.000 membres de la Ligue des jeunes communistes pour célébrer la proclamation de la république mercredi", a déclaré son chef Sagar.

Les maoïstes s'étaient engagés à mettre l'abolition de la monarchie à l'ordre du jour de la première session de l'assemblée constituante.

La chute du roi Gyanendra marquerait la fin de la seule monarchie hindouiste du monde, qui règne depuis 240 ans.

Considéré par ses partisans comme l'incarnation du dieu hindou Vishnou, le roi Gyanendra est monté sur le trône en 2001 à la faveur de l'assassinat spectaculaire et mystérieux de neuf membres de la famille royale par le prince héritier, apparemment ivre et drogué, qui s'est ensuite suicidé.

L'impopularité du roi Gyanendra a atteint des sommets lorsqu'il a renvoyé le gouvernement et qu'il s'est octroyé des pouvoirs absolus en février 2005.

Ce coup de force a poussé les principaux partis politiques népalais à s'allier avec leurs ennemis de toujours, les rebelles maoïstes, et à conclure un accord de paix en 2006, mettant fin à une guerre civile qui a fait plus de 13.000 morts.

Les royalistes ont, eux, averti que se débarrasser du roi pourrait provoquer un nouveau conflit. Ils estiment en outre que la monarchie est essentielle pour maintenir la neutralité de ce petit pays himalayen pauvre et coincé entre l'Inde et la Chine.

"Même les abeilles ont une reine. Sinon, elles se disperseraient et mourraient", témoigne un policier, Bahadur, assurant que "le Népal a besoin d'un roi".

Copyright © 2008 Agence France-Presse.  Tous droits réservés.
www.afp.fr

© FRANCE NEPAL info

Lire d’autres articles de AFP




Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

Nom-Prénom (*)
e-Mail
Commentaire (*)
Sec Image
Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
francenepal.info Web Google

ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com