-  Jeudi 30 March 2017

Gouvernement Prachanda démissionne de son poste!

 -  Batard Latouche

Lundi, Mai 4, 2009
Prachanda vient de démissionner de son poste comme président suite au refus de Dr Ram Baran Yadav à la chambre du Parlement de faire démissionner le chef de l'armé de terre.

Il y a eu une manifestation et aura une autre après une rencontre au congrès maoiste d'une décision concernant cette affaire.

information dernièrement:

Ces derniers jours, le PCN Unifié - maoïste a recherché un consensus avec les différents partis membres du gouvernement sur la révocation du chef de l'armée. Le consensus n'a pas été trouvé et le PCNU-maoïste a agi comme il l'avait dit : même sans consensus, le chef de l'armée a été révoqué.

La décision a été prise dimanche lors d'une réunion spéciale du cabinet. Le PCN-UML, le PCN-Uni et le parti Sadbhavana ont boycotté la réunion (8 ministres sur 24). Les 4 partis membres du gouvernement (MJF, PCN-UML, PCN-Uni et le Sadbhavana) avec le PCNU-maoïste se sont opposés à cette décision prétextant qu'aucun consensus n'avait été trouvé.

Suite à cela, le chef de l'armée a refusé la lettre lui indiquant formellement sa révocation, prétextant que cette décision est contraire à la constitution. Un nouveau chef de l'armée a été institué, Kul Bahadur Khadka.
L'UML et le Sadbhavana ont décidé de se retirer du gouvernement. Leur démission a été acceptée.

De grandes manifestations en soutien à la décision du gouvernement ont eu lieu dans plusieurs endroits du pays. Quelques rassemblement organisés par la branche étudiante du Congrès Népalais ont également eu lieu à Katmandou, rapidement dispersés par les manifestants favorables au gouvernement.

Une réunion de 18 partis a demandé au Président d'intervenir en faveur du chef de l'armée. Il a donc remis une lettre au chef de l'armée lui demandant de rester en place. Rappelons que selon la constitution, le Président a un rôle cérémoniel. En agissant de la sorte, il a donc dépassé les limites de son mandat. Le PCNU-maoïste a d'ailleurs décidé de porter cette question devant la justice. Le ministre de l'Information et des Communications Krishna Bahadur Mahara (maoïste), a déclaré que son parti résisterait. "L'acte du Président est une sorte de coup d'Etat. Nous sommes arrivés à la conclusion que cela met en danger les aspirations populaires et le processus de paix." Les maoïstes ont de surcroît affirmé que le Président avait agi avec le soutien de l'Inde, qui a multiplié ses interventions en faveur du chef de l'armée.

Sur la question de l'acte du Président, l'UML apparaît divisé. La plupart des parlementaires se sont opposés à son action, affirmant que le Président n'a aucun droit de véto et que son action est donc contraire à la constitution. Quelques uns ont néanmoins soutenu le Président en affirmant qu'il fallait s'opposer aux maoïstes car ils allaient au delà de la politique du consensus.

Les maoïstes ont aujourd'hui encore appelé à descendre dans la rue contre l'acte du Président et en soutien à la décision du gouvernement. Ils ont décidé de lancer la lutte au sein du parlement et dans la rue de manière conjointe.

Les différents partis du parlement sont en cours de discussion pour former une "nouvelle alliance" afin de construire une alternative au gouvernement dirigé par les maoïstes.

À suivre...

Batard Latouche
© FRANCE NEPAL info

Lire d’autres articles de Batard Latouche




Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

Nom-Prénom (*)
e-Mail
Commentaire (*)
Sec Image
Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
francenepal.info Web Google

ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com