-  Mercredi 20 November 2019

Un alpiniste alésien à atteint le Manaslu à 8 163 mètres dans l'Himalaya

 -  Eric DELANZY

« Vous avez atteint le paradis. » Le commentaire, laissé sur le site de “l’expédition Manaslu 2010”, est signé Béa. On ne sait pas si là-haut, sur le massif de l’Himalaya, au Népal, à 8 163 mètres d’altitude, c’est le paradis. De toute façon, nous, on n’ira jamais vérifier. En tout cas, c’est un véritable exploit qu’ont accompli, le 25 mai 2010, Alain, Arnaud, Claude, Eric, Elsie, Stéphane et Frédéric. Seuls 12 alpinistes français étaient parvenus à ce sommet avant eux, depuis sa conquête par les Japonais en 1956. Le Manaslu, c’est l’un des 14 sommets mondiaux dépassant les 8 000 mètres ; le plus connu, le plus mythique et le plus haut étant l’Everest (8 848 m). Au Manaslu, il y avait un Alésien. Frédéric Heymes, 35 ans, installé dans la capitale des Cévennes depuis une quinzaine d’années, enseignant-chercheur à l’école des Mines. L’intéressé parle d’un « aboutissement personnel » tout autant qu’un « succès collectif ». Une expédition dans l’Himalaya, c’est une aventure, une leçon de vie, une folie. Surtout quand on n’y était pas prédestiné : « Enfant, je n’avais jamais mis les pieds en montagne. » Son premier mur d’escalade, Frédéric le gravit à Nancy. Il a 20 ans. C’est une révélation. Très vite, initié par un ami, il vainc le sommet italien du Grand Paradis (4 000 m). Le paradis, déjà. Après le Mont Blanc, vient le moment de la première “expé”. Au Pakistan, en 2004. « On m’a dit que j’avais le niveau... J’ai pris un congé sans solde, fait un crédit de 4 000 €. Au retour, je n’avais aucune envie de repartir. Mais ça doit être comme avec les femmes, on oublie les difficultés et on s’y remet », plaisante-t-il. Désormais, l’alpiniste gardois part chaque année. Il lorgne sur la cordillère des Andes, sur l’Afrique et le Kilimandjaro, ou sur l’Antarctique, « mais c’est hors de prix ». Après, il sera peut-être temps de stopper l’ascension, car « ça pose des difficultés sociales, ça me bouffe mes vacances et je ne pense qu’à ça. Je ne veux pas faire le sommet de trop », raisonne le professeur. De retour du Manaslu, Frédéric Heymes a eu du mal. « J’étais déconnecté de la société, complètement à la masse. Quand je me suis retrouvé à Cora, au milieu de tous ces rayons... » Source: Midi Libre - http://www.midilibre.com Le Blog de l'Expédition http://www.expe-manaslu.fr
© FRANCE NEPAL info

Lire d’autres articles de Eric DELANZY




Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

Nom-Prénom (*)
e-Mail
Commentaire (*)
Sec Image
Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
francenepal.info Web Google

ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com