-  Mercredi 20 November 2019

Le dégel de l’Himalaya met à cran les trois puissances nucléaires d’Asie

 -  Andrés Allemand

07 décembre 2011
Bataille pour l’eau | La fonte des glaciers vient aggraver les tensions entre Delhi, Islamabad et Pékin, en rivalité pour le contrôle de l’eau potable

Impensable, une guerre entre l’Inde, le Pakistan et la Chine? Personne, évidemment, ne veut envisager un conflit entre puissances nucléaires. C’est pourtant la hantise des experts, qui craignent à terme le déclenchement d’hostilités liées à la pénurie d’eau. Une perspective alarmante, étant donné le rapide recul des glaciers de l’Himalaya et de l’Hindu Kuch. Au Bhoutan et au Népal, par exemple, les glaciers ont déjà perdu 20% de leur volume en trente ans. Ce dégel vient ainsi aggraver des tensions croissantes entre ces voisins qui bataillent pour garantir leurs besoins en eau.

A priori, bien sûr, on pourrait croire que la fonte des glaciers va apporter davantage d’eau. Mais celle-ci risque de s’accumuler dans des poches, formant des lacs dont les bords finiront par céder. Résultat: des fleuves au cours très irrégulier, voire de désastreuses inondations-éclairs. Et au final, au fur et à mesure que les glaciers disparaissent, une grave pénurie d’eau.

Près de 1,3 milliard de personnes seront directement affectées par la fonte des glaciers, affirment trois études présentées cette semaine à Durban, en marge de la Conférence sur le climat, par le Centre pour le développement intégré des montagnes. De l’Afghanistan à la Birmanie, en passant par le Pakistan, l’Inde, le Népal, le Bangladesh, le Bhoutan et la Chine, les rivières de la région seront déréglées, mettant sous pression des pays déjà à cran.

L’Inde contrôle les robinets

Voyez le Pakistan, traversé d’un bout à l’autre par l’Indus. C’est un peu comme le Nil pour l’Egypte. Ce fleuve est indispensable à l’irrigation de 80% des terres cultivées. Et assure ainsi 21% du produit intérieur brut (PIB). C’est dire si Islamabad est chatouilleux dès que Delhi touche à ses affluents. Par exemple en construisant, près de la frontière, le barrage de Baglihar, premier des 33 ouvrages en projet dans cette région. Et d’une vingtaine d’autres encore à l’étude. De quoi faire hurler le voisin. «Les barrages pourraient donner à l’Inde la possibilité de retenir des quantités importantes d’eau aux moments cruciaux pour l’agriculture», notait en février un rapport du Sénat américain, ajoutant qu’il s’agit là d’une source «significative de tensions bilatérales». Déjà le groupe islamiste Lashkar-e-Taiba menace de faire exploser le barrage. D’autres extrémistes promettent des «rivières de sang» si l’Inde venait à couper le robinet. Car «l’eau, c’est une bombe», résumait récemment le géologue Bashir Ahmad.

La peur de la Chine


Si les Indiens balaient les craintes pakistanaises, eux-mêmes ne sont guère rassurés par la Chine. Car l’une des principales rivières indiennes, le Brahmapoutre, naît sur le plateau tibétain, sous le nom de Tsangpo. Or, depuis des siècles, l’Empire du Milieu rêve d’en détourner les eaux, au niveau du «Grand Méandre», pour abreuver l’est et le sud du pays. La Chine a beau disposer de 8% des ressources mondiales d’eau potable, elle doit assurer les besoins de 20% de la population mondiale!

La pénurie grandit

Les leaders chinois se défendent d’étudier un tel projet. Et affirment que l’opération est techniquement impossible. Le premier ministre indien, Manmohan Singh, a publié en août un communiqué pour affirmer que les craintes de ses compatriotes sont infondées. Mais la peur reste.

Si ces pays sont à cran, c’est que les ressources en eau potable sont déjà insuffisantes et que la pénurie grandit. La population augmente et le développement économique fait exploser la consommation de viande. Or, l’élevage requiert beaucoup plus d’eau que l’agriculture. Bref, l’avenir de cette région s’annonce tendu.

Andrés Allemand | 07.12.2011 | 12:51

Source: www.tdg.ch
© FRANCE NEPAL info

Lire d’autres articles de Andrés Allemand




Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

Nom-Prénom (*)
e-Mail
Commentaire (*)
Sec Image
Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
francenepal.info Web Google

ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com