-  Dimanche 11 Avril 2021

Français disparu en Inde: deux proches sur place pour tenter de le retrouver

 -  L'Est Républicain

12 janvier 2012
L’épouse et la soeur d’un directeur d’école à la retraite de St Etienne, disparu depuis depuis près d’un mois en Inde alors qu’il faisait un trekking en solitaire, étaient en route jeudi vers une bourgade de l’Himalaya pour tenter de reprendre une enquête au point mort.

Le 13 décembre, jour où il a adressé un dernier e-mail à sa famille et effectué un dernier retrait à un distributeur bancaire, Gérard Di Cicco, 58 ans, a quitté l’Hôtel Shailja Guest House de Joshimath, dans l’Uttarkhand (nord), où il séjournait.

Des effets personnels ont été retrouvés dans sa chambre d’hôtel.

Arrivées mercredi à New Delhi où elles ont été reçues par l’ambassadeur de France et la consule, Valérie Di Cicco, son épouse, et sa soeur, Annie Di Cicco, ont décidé de partir à sa recherche en privilégiant trois pistes: celle de l’accident de montagne, de l’enlèvement et des ashrams (centres spirituels).

«On veut savoir comment l’enquête a éte menée depuis le début, avoir accès aux procès-verbaux et reprendre l’enquête de la police en n’écartant aucune piste», a déclaré Valérie Di Cicco, 50 ans.

«Gérard avait plus de 20.000 roupies (environ 300 euros), après avoir effectué un retrait de 10.000 roupies le 9 décembre puis un deuxième le 13 décembre d’un même montant.

Ces deux retraits à des dates rapprochées m’inquiètent un peu car il n’en avait pas l’habitude», a-t-elle dit en évoquant l’hypothèse d’un enlèvement crapuleux.

M. Di Cicco, qui a entamé le 6 novembre un trekking au Népal puis en Inde, était parti seul et ne disposait pas de téléphone portable et communiquait par courriel en se rendant dans des cybercafés. Il devait effectuer mercredi son vol retour depuis Katmandou.

Les deux femmes veulent aussi fouiller la piste des ashrams dans l’éventualité où la curiosité de ce trekkeur qu’elles décrivent comme «ouvert et tolérant» l’aurait poussé à se rendre dans l’un des centres de méditation de la région.

«Que se passe-t-il dans la tête d’un individu en Inde ? On ne peut pas le savoir», a fait valoir sa femme, tout en affirmant qu’il s’agissait de la piste qu’elle privilégiait le moins.

«Je veux garder espoir et j’espère qu’on va pouvoir le retrouver mais si mon mari a eu un accident de montagne, je ne suis pas très optimiste», a confié cette secrétaire à l’université de St Etienne.
Elles ont fixé leur vol retour au 31 janvier.

Source: L'Est Républicain - www.estrepublicain.fr
Copyright © L'Est Républicain, 2012. Tous droits réservés.
© FRANCE NEPAL info

Lire d’autres articles de L'Est Républicain




Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

Nom-Prénom (*)
e-Mail
Commentaire (*)
Sec Image
Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
francenepal.info Web Google

ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com