-  Vendredi 16 Avril 2021

Rassemblements interdits à Katmandou

Katmandou
Le gouvernement népalais a interdit mardi tous les rassemblements publics dans la capitale Katmandou, juste avant une journée de manifestation nationale contre le roi à l'appel de l'opposition et des rebelles maoïstes, a annoncé la radio publique Radio Nepal.
 
«L'administration locale à Katmandou et (dans sa banlieue de) Lalitpur a annoncé l'interdiction des rassemblements publics, (...) qui entre en vigueur à compter de mercredi, dans le but de préserver paix et sécurité», a indiqué Radio Nepal.
 
Les sept principaux partis politiques d'opposition avaient appelé en mars, de concert avec les rebelles maoïstes, à entamer une grève générale de quatre jours à partir de jeudi et à participer à une vaste manifestation nationale samedi, pour protester contre le roi Gyanendra qui a pris les pleins pouvoirs le 1er février 2005.
 
Les partis politiques ont affirmé qu'ils observeraient la grève et participeraient à la manifestation pacifique en dépit de cette interdiction.
 
«Nous braverons l'interdiction. Ce que le gouvernement a fait n'est pas bien», a dit le porte-parole du Nepal Congress (Democratic), Minendra Rijal.
 
Le parti communiste a réagi de la même manière. «L'interdiction viole les droits fondamentaux du peuple d'organiser des assemblées pacifiques. Nous braverons l'ordre du gouvernement», a dit Khardav Prasad Oli, un responsable du Nepal Communist Party (Unified Marxist-Leninist).
 
Après son coup de force de 2005, le roi avait muselé les partis politiques et restreint les droits fondamentaux, dont ceux d'expression.
 
Mardi matin, de première manifestations d'étudiants contre le roi, dans deux campus de Katmandou, ont été réprimées par la police à coups de matraque et de gaz lacrymogène.
 
«Au moins une douzaine de manifestants ont été arrêtés et plusieurs autres blessés dans les affrontements avec la police», a indiqué à l'AFP le président du syndicat étudiant Nepal Students Union, Mahendra Sharma. Selon un autre leader étudiant, Indra Karki, au moins sept jeunes ont été blessés dans la charge de la police.
 
En janvier, le gouvernement avait arrêté des centaines de militants politiques et défenseurs des droits de l'Homme avant une action de protestation similaire, provoquant les critiques de nombreux pays. Il avait imposé le couvre-feu, coupé les communications des téléphones portables et interdit les rassemblements publics.
 
La décision de gouvernement est tombée alors que les maoïstes avaient annoncé lundi soir un cessez-le-feu unilatéral dans la capitale.
 
«Après des discussions avec l'alliance des sept partis et la société civile, nous avons décidé de stopper notre offensive dans la vallée de Katmandou à partir de lundi soir afin de créer des conditions favorables permettant au public de participer à la manifestation pacifique», avait expliqué leur chef, Prachanda.
 
Par ailleurs, selon le quotidien Himalayan Times, le gouvernement vient de durcir une ordonnance antiterroriste (Terrorists and Disruptive Activities Control and Punishment Ordinance).
 
Une clause «dit que les personnes apportant un soutien financier direct ou indirect aux maoïstes ou leur donnant refuge seront considérées comme des terroristes», selon le quotidien.
 
Les groupes de défense des droits de l'Homme ont souvent expliqué que les civils n'avaient pas d'autre choix que de donner refuge aux rebelles sous peine de représailles.
 
Plus de 12 500 personnes ont été tuées dans des violences militaires et rebelles depuis le début de l'insurrection maoïste en 1996, qui vise à abolir la monarchie.
 
Source:
La Presse, Canada



Vous êtes prié de bien vouloir marquer vos impressions !

Nom-Prénom (*)
e-Mail
Commentaire (*)
Sec Image
Cette étape sert à éviter les inscriptions automatisées
francenepal.info Web Google

ACCUEIL | COLLECTIF | FRANCE | NEPAL | MONDE | LIVRES | ENCYCLOPÉDIE | ONG | TECHNOLOGIE | AUTRES | CONTACT |  RSS
Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com